Mémoire intelligente, le « brainstorming »… dépassé!

image par @e_neutrino

La méthode de gestion de Google n’est pas la méthode ayant permis aux cofondateurs d’avoir leur idée de génie! Ainsi, offrir des jeux, des espaces de travail ludique et du temps de création pour des projets personnels des employés est basé sur une théorie erronée comme quoi il faudrait restreindre l’hémisphère gauche et libérer le droit…

Dans ce cas, comment créer l’étincelle de la création?

LE CONCEPT

Tout d’abord, c’est en 1981 que Roger Sperry a obtenu le prix Nobel pour son travail sur les deux hémisphères, faisant la distinction entre l’hémisphère droit, le créatif, du gauche, l’analytique. Depuis, la méthode du « brainstorming » est la plus répandue planétairement pour générer l’idée créatrice des stratégies d’affaires. En ce sens, nous nous basons sur une théorie erronée pour solutionner nos problèmes.

Le nouveau concept de la « mémoire intelligente », dans laquelle l’analyse et l’intuition travaillent ensemble, a été développé à partir d’un article scientifique « Cognitive Neuroscience and the Study of Memory », écrit par Brenda Miller, Larry Squire et Éric Kandel en 1998, dont monsieur Kandel a obtenu un prix Nobel. Le neuroscientifique Barry Gordon, décrit dans son livre « La mémoire intelligente – La développer et l’utiliser simplement au quotidien, Pocket Éducation », la mémoire intelligente de l’homme au quotidien comme le meilleur système de stockage du monde. Dès notre naissance, notre cerveau stocke de l’information, la décompose et la classifie dans des compartiments (l’analyse). Pour tout nouvel élément, notre cerveau l’analyse pour déterminer comment le concorder avec des données déjà existantes. La pensée résulte en la concordance entre différents éléments (l’intuition).

Et, l’étincelle de la création, c’est lorsqu’un pan complet de nos concepts vient subitement créer un lien avec un autre pan de nos concepts qu’on croyait antagoniste ou n’ayant aucun lien ensemble.

LES QUATRE GRANDES ÉTAPES DE LA CRÉATION

Carl Von Clausewitz, dans son livre De la guerre en 1832, mentionne quatre grandes étapes menant à l’éclair de génie qu’on peut relier à la mémoire intelligente, soit : les leçons du passé, la présence d’esprit, l’éclair de génie et la solution. Il décrit la présence d’esprit comme l’état de calme précédant l’éclair de génie. C’est pourquoi nous trouvons généralement nos meilleures idées sous la douche, en faisant du sport ou avant le sommeil et non pas pendant un « brainstorming ».

LA CRÉATION DE GOOGLE

Larry Page, Sergey Brin et Rajeev Motwani, les trois cofondateurs de Google, ne travaillaient pas sur les moteurs de recherche. Larry Page et Sergey Brin travaillaient sur un projet d’études universitaires en compagnie de leur professeur Rajeev Motwani pour l’application à des entreprises de commerce électronique d’algorithmes d’exploration de données utilisés dans des entreprises physiques.

En utilisant Altavista, Larry Page a découvert qu’il pouvait taper une adresse URL pour se rendre à d’autres sites liés. L’éclair de génie s’est produit en associant cette découverte aux citations d’articles scientifiques. Les articles scientifiques étaient classés en fonction du nombre de fois qu’il était cité. Ils ont alors créé un algorithme d’exploration des données. C’est en ayant la présence d’esprit de combiner les nouveaux éléments et de modifier leur objectif en ce sens qu’ils ont créé Google et abandonné leurs études.

Deux méthodes pour exploiter la mémoire intelligente

LA MÉTHODE GE

C’est en 1990 que Jack Welch, chef de la direction, et Steve Kerr, chef de la formation chez General Electric, ont mis en place une méthode de résolution de problèmes en créant de nouvelles combinaisons à partir d’éléments existants dans l’entreprise. Ils ont développé une matrice où le processus de mémoire intelligente est transformé en une méthode collaborative à phases successives. À chaque matin, les employés amènent des éléments de solution et l’équipe termine le processus lorsqu’une idée semble des plus prometteuses. Cette méthode peut prendre de quelques jours à quelques semaines, nous ne pouvons pas forcer le processus.

Reproduction d’un exemple de ce à quoi la matrice pourrait ressembler, fait par moi-même.

LE « BRAINSTORMING » INVERSÉ

Le « brainstorming » inversé est relativement simple. Au lieu de prendre une heure ou deux pour trouver des solutions, on demande aux participants d’amener les idées qu’ils ont eues dans la dernière semaine pour que tous puissent réfléchir sur ces idées.

Notre cerveau est maintenant libéré de sa dichotomie, créons maintenant de nouveaux liens!

Par Jacques LeBlanc, agr. Lean Master, Coordonnateur du développement, La Coop Profid’Or

Un résumé de l’article L’étincelle de création de WilliamDuggan, publié dans la revue Premium d’avril-mai 2012.

2 réflexions au sujet de “Mémoire intelligente, le « brainstorming »… dépassé!”

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s